Blog (5).png

Visite de la caserne de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, à Courbevoie


Vendredi 22 mars, je visitais une des casernes du 3e groupement d’incendie et de secours de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), située à Courbevoie. Le capitaine de la caserne ainsi que le colonel de la BSPP m’ont accueilli.

Cette unité d’élite défend une partie de la population du tiers ouest des Hauts-de-Seine (Courbevoie, Asnières et Gennevilliers). En cas de nécessité, les sapeurs-pompiers peuvent venir en aide aux unités aux alentours mais aussi celles de Paris.


Dernièrement, la brigade des sapeurs-pompiers a été confronté à deux incendies historiques :

  • Celui de la rue de Trévise, dans le IXe arrondissement, en janvier, où une explosion de gaz a fait quatre morts dont deux pompiers.

  • Puis, le mois suivant, l’incendie de la rue Erlanger, dans le XVIe arrondissement, au cours duquel dix habitants sont morts.

Également, la brigade a été fortement mobilisée avec le mouvement des gilets jaunes, secourant de nombreux blessés et éteignant beaucoup de départs de feux.


La caserne de Courbevoie


Cette caserne dispose d’une cinquantaine d’hommes et de plusieurs véhicules :

  • 3 véhicules de secours et d’assistance aux victimes

  • 2 engins d’incendie

  • 1 véhicule avec moyen élévateur aérien

Les sapeurs-pompiers de cette caserne interviennent en moyenne près de 28 fois par jour. Néanmoins, une intervention sur cinq n’a même pas nécessité un seul geste de secours !

Selon le capitaine de la caserne, les interventions rapides (en moins de dix minutes) et la qualité des secours apportés sont des éléments qui incitent les citoyens à composer le numéro des pompiers facilement.

Des médecins et des infirmiers font également parti de la BSPP, leur présence pour des opérations ne nécessitant pas de soins médicaux est préjudiciable car de véritables urgences peuvent avoir lieux au même moment.

Il est donc important de souligner que le temps perdu lors de ces interventions, c’est du temps en moins pour le travail de prévention et de préparation des sapeurs-pompiers. Pour exemple, suite aux attentats de novembre 2015, de nombreux français ont exprimé le souhait de connaître les gestes utiles pour sauver des vies. La BSPP a alors initié le dispositif « les gestes qui sauvent » suivi de la campagne « adoptons les comportent qui sauvent » en 2016.


Aussi, la BSPP propose des sessions de prévention aux risques d’incendie.

J’ai été agréablement surprise du niveau de rigueur et de discipline de la brigade. La formation, l’encadrement et la vitesse d’exécution sont des compétences clés que les sapeurs-pompiers, souvent jeunes, entre 18 et 25 ans, maîtrisent parfaitement. Leur devise « Toujours plus haut ! » illustre à merveille le dynamisme et l’ardeur de la brigade !