Blog (5).png

Le bilan de l’Europe en matière de numérique

Aujourd’hui la transformation numérique affecte l’ensemble des pays de l’UE et ses citoyens. Depuis plus de 20 ans, l’Union européenne accompagne cette révolution digitale à travers de nombreux règlements. Décryptage.


L’Union européenne stimule les investissements en soutenant des programmes de recherche et d’innovation. Elle supprime également les barrières réglementaires entre les pays, simplifiant ainsi la vie de nombreux européens lorsqu’ils sont amenés à traverser une frontière. Enfin, elle s’attelle à transformer les 28 marchés nationaux en un seul et unique marché : le marché unique du numérique.


Animée par cet objectif, la Commission Juncker a initié ces cinq dernières années un vaste programme d’investissements et de régulations qui ont impacté notre quotidien. Quelques exemples :


Depuis mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) s’applique dans tous les pays de l’Union européenne. Ce nouveau Règlement donne aux européens plus de contrôle sur leurs données personnelles en obligeant les entreprises et les institutions publiques à mieux protéger les données de leurs utilisateurs et à faire preuve de transparence sur la façon dont elles exploitent ces informations.


Depuis 2017, les frais d’itinérance ont été supprimés pour les appels vers les téléphones fixes et mobiles, l’envoi de SMS et l’utilisation de services de données en Europe. Ainsi, les personnes voyageant dans les pays de l’UE peuvent utiliser leur téléphone mobile sans s’inquiéter d’avoir une mauvaise surprise sur leur relevé bancaire à leur retour.


Depuis 2018, l’initiative WiFi4EU promeut l’accès à internet pour les citoyens Européens, en s’engageant à financer la mise en place d’un service de Wi-Fi gratuit dans les espaces et édifices publics comme les parcs, les bibliothèques ou encore les hôpitaux. En France, 223 communes françaises ont ainsi pu bénéficier de ce programme.


Depuis décembre 2018, tous les consommateurs européens peuvent acheter des biens et services à un professionnel basé dans un autre pays européen, dans les mêmes conditions que des clients résidant dans ce pays. Grâce à cette interdiction de géoblocage, les internautes ne sont donc plus interdits ou redirigés automatiquement vers la version nationale du site visité, leur évitant ainsi de payer plus cher des produits n’étant pas en vente dans leur pays de résidence.


Plus que jamais, l’Europe a encore à construire son avenir numérique, en combinant intelligemment investissement, régulation, sécurité et éthique, pour que sa croissance mais aussi sa souveraineté de demain soient assurées.